mercredi 25 janvier 2012

Tendre (et dodue) enfance.

Dans deux jours, j'aurai 31 ans.

- Hey! Pis? Comment ça été, tes 30 ans? Toi qui craignais tant la fin du monde?

Bah... Ça été. Pas grand chose à dire là-dessus.

Ça, c'est moi autour de 3 ou 4 ans. 


















Adorable, avouez...

Mais avant ça, je suis née. 

Il y a de cela 31 ans, à 13h15. Un mardi. La journée la plus plate de la semaine. Pas moyen de faire ça en pleine nuit, de réveiller la famille, et créer un événement, de semer un vent de panique... Je n'aimais déjà pas causer de remous. Alors je suis née, au bout de je ne sais combien d'heures de travail (j'ai dû faire ça vite, j'aime pas les traîneux) avec le genou gauche le plus laid du monde. Un angiome (tapez ça dans Google Images), c'est pas joli joli. Essaie de trouver quelque chose de cute à un angiome. Tu trouveras jamais. Alors j'étais un bébé rose et rouge. Rose partout, rouge sur le genou. Et ma mère qui m'a toujours répété que le rouge et le rose s'agençaient mal. Après « Les si mangent les rait », y'avait « Le rouge et le rose, ça ne va pas ensemble ». Rassurez-vous, un angiome, ça disparaît avec les années... Bah... Pas totalement. J'ai encore le genou laid. Mais je me plais à dire que c'est mon seul défaut. Et à bien y réfléchir, je pense que c'est vrai.


Alors qu'elle était enceinte de moi, mon père a un jour fait peur à ma mère. Une histoire avec un cheval, ou je ne sais trop. Bref. Elle a fait le saut, et le tient responsable depuis 31 ans de l'apparition de « la chose » sur mon genou. Tsé, un « traumatisme », qu'on dit. Enfin... Après avoir pleuré toutes les larmes de son corps suite à cette vision d'horreur (*exagération), ma mère m'aime quand même, et décide de me gaver. Elle me gave tellement que je crois avoir battu le record du plus gros bébé du monde dans les 31 dernières années. « C'est beau, un bébé dodu! » Ok. Mais on ne parle pas de ça ici. J'étais énorme (et non, vous ne verrez pas de photo). Un énorme bébé, avec un genou rouge et des cheveux frisés. On entend souvent des gros bébés: « Ça va fondre quand il va se mettre à marcher ». Vrai. Sauf que moi, je ne marchais pas.

Je ne suis pas une personne très stressée. Comme dirait mon ami Luc, je suis « hypostressée ». Ça n'existe pas, mais il y croit. L'angoisse, connais pas trop. Mes amis appellent ça de la nonchalance. Moi, de la zénitude. Enfin. Je dois tenir ça de ma mère. Alors que tout parent rêve du bébé qui marche le plus tôt parmi tous les bébés du quartier, ma mère, et j'avoue que je trouve ça plutôt brillant, a eu cette illumination: Un bébé assis sur le plancher du salon est beaucoup moins dérangeant qu'un bébé qui court partout dans la maison. Alors elle n'a jamais tenté de nous apprendre à marcher, à ma soeur et moi. C'est drôle, non? Elle a laissé la nature faire son travail. Évidemment, à la grosseur que j'avais, ça m'a prit un certain temps. Conséquence: J'ai mis je sais pas combien d'années à être capable de courir sans me planter. Parce que je courais tout le temps. Aujourd'hui, je passe mon temps à marcher trop vite. Pour rattraper le temps perdu, vous comprenez... La ballade de plaisance, connais pas. À l'époque, je courais, tout simplement. Et je tombais. Chaque fois. Les genoux en sang. Constamment. AOUCH. (Il y a un problème avec les genoux hein... Vous aurez remarqué...) Ma mère m'interdisait de courir. Je gambadais. Je tombais.

- Pourquoi tu l'sais toujours, quand je vais tomber?
- Parce qu'une mère, ça sait tout.

Voilà.

Et mon père mettait de « l'onguent de vache » sur ma blessure. Et ça guérissait comme par magie. Un onguent. Qui sentait la vache. On avait appelé ça de « l'onguent de vache ».  Un truc miraculeux, j'vous jure...

Pour en revenir à ma rondeur, j'étais tellement grosse et encore incapable de me tenir debout qu'un jour, dans un excès de passion à 18h devant Radio-Québec (oui oui, Radio-Québec, ça nous rajeunit pas personne...) bondissant de tout mon moi extra-dodu et scandant un convaincant « Papatout! Papatout! Papatout! » (Passe-Partout, pour les moins vites), j'ai défoncé ma marchette. C'est pas illégal d'ailleurs, ces trucs-là, aujourd'hui? Sûrement à cause de moi. Pas de blague. Affalée sur le derrière. En plein milieu du salon. Bébé par terre. Bébé trop gros. Bébé oversize.

Malgré tout, je vous rassure, je suis née sous une bonne étoile. À part une succession d'évènements ça-n'arrive-qu'à-moi qui font rire mon entourage, je me suis rarement plantée. Oui, je me suis plantée physiquement... Encore la semaine dernière, d'ailleurs, en marchant trop vite sur une plaque de glace (Tsé, sur le Plateau, ce serait bien de mettre du sel sur les trottoirs, j'dis ça de même)... Mais j'ai de la chance. Enfant, j'étais douée pour jouer du piano classique. C'était trop de discipline, mais j'y arrivais et j'étais douée. Aujourd'hui j'ai tout perdu, sauf « La Vache à Maillotte ». Je me suis toujours bien débrouillée à l'école, même si j'arrivais pas à trouver une matière qui me plaisait vraiment. J'ai développé une passion pour la danse, et j'étais aussi plutôt douée. Plus tard la radio m'a trouvée, j'ai aimé ça, et j'ai jusqu'à maintenant toujours eu du succès dans mon boulot. Je touche du bois (« Hein! Caroline Dubois, tu touches du bois! » Ouais. Elle est usée, celle-là...). J'ai une famille unie. J'ai toujours eu plein de bons amis. J'ai une bonne santé. Mais reste qu'à 31 ans moins deux jours, j'ai cette impression de passer mon temps à tomber, à me relever, à glisser, à échapper, à oublier, à remettre à demain. À rien faire, en fin de compte. Ma « to do list » de vie a quelque chose comme 13 695 points. J'y arriverai jamais! Finalement, pour répondre à la question posée plus tôt, on s'entendait bien, même très bien, mes 30 ans et moi.

5 commentaires:

  1. vraiment drôle ton histoire et un peu difficile des fois a comprendre comme toi

    RépondreSupprimer
  2. Haha! Je ne sais pas si je dois prendre ça comme un compliment, mais merci! ;)

    RépondreSupprimer
  3. Jonathan Fournelle26 janvier 2012 08:44

    super Caroline tu ne fait pas tes 31 ans tu sais ;)

    RépondreSupprimer
  4. Et tout ça a donné la superbe jeune femme que tu es devenue.
    C'est pas si pire, quand-même !!!!!! :)

    Mom XXXX

    PS: Heureuse de te lire à nouveau :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. HAHA! Personne me croit, quand je dis que j'étais un bébé gros.
      xxx

      Supprimer